1. Technique pour entrevue d’embauche :Workopolis.com

« Utilisez la méthode PAR dans vos réponses : exposez le Problème, l’Action entreprise et le Résultat obtenu. ». (campus.workopolis.com (auteur non identifié), 2005). Pour toute l’information, on consulte la page :Comment se préparer à l'entrevue

Le modèle PAR, peut également être utilisé pour aller chercher des réponses pertinentes et, par conséquent, tester l’aisance de vos interviewés en terrain d’expertise. C’est alors que vous pouvez noter tous comportements non verbaux en cours de route.

Commentaire François : Ce site présente des techniques pour entrevue lors d’embauche. C’est intéressant comme aide-mémoire.

2. Prendre contact : Osezchanger.com

« Pour créer volontairement un rapport, vous devez rapidement rejoindre la personne sur son propre terrain, en communiquant avec le même langage verbal et surtout non-verbal qu’elle. Les professionnels de la communication vont utiliser pour ce faire (sic) un processus très efficace: la synchronisation ». (Marc Vachon, psychologue/oserchanger.com, non-daté)

Pour toute l’information, on consulte la page : oserchanger.com - La magie du contact Si la personne que vous interviewez est un peu lente à expliquer son point de vue, vous comprend difficilement ou si vous voulez simplement parler la même langue qu’elle, la synchronisation favorise certainement la communication. Il faut évidemment faire ses classes sur le sujet d’abord…

Commentaire François : Le site est écrit dans un langage simple, c’est un article assez long qui expose bien comment entrer en relation évolutive avec l’autre dans de multiples situations, donc celle de l’entrevue. Il y a aussi une explication de la synchronisation

3. Décoder le comportement non verbal avec la Synergologie

Tel qu’on peut le lire sur leur site web de Synergologie : « La Synergologie est une discipline ancrée dans le champ de la communication. La Synergologie est la méthode de lecture de la communication non verbale. La Synergologie est un outil au service de toutes les personnes désireuses de mieux décrypter les rapports humains. »

Laissez-moi réfléchir

« Laissez-moi réfléchir… je prends de la distance pour comprendre. La main est placée sur la bouche, mais la personne garde la paume de main tournée vers son interlocuteur. Elle s’est coupée de lui le temps de la réflexion. pour réfléchir . Mais ce n’est pas le signe qu’elle se ferme. Elle a simplement besoin d’avoir le temps d’intégrer certaines informations ». (synergologie.com, Auteur non identifié, sans date)

Pour toute l’information, on consulte la page : EXEMPLES : VISAGE : BOUCHE : Laissez-moi réfléchir La Synergologie

Démonstration par le corps d’être à l’aise

« Eh bien oui je suis mal à l'aise, et alors! La main droite couvre la main gauche dans toutes les situations où nous nous sentons mal à l’aise. C’est une façon de se contrôler comme s’il s’agissait de se soutenir ». (synergologie.com, Auteur non identifié, sans date)

Pour toute l’information, on consulte la page : EXEMPLES : CORPS : MAINS : Regardez comme je suis à l'aise La Synergologie

Commentaire de François : Je trouve que ce site est intéressant et donne des bonnes idées sur les indications que le corps peut donner. Cependant, je vous invite à la prudence.



4. Éléments à observer : FRALICA

Voici une série (indicative) d'éléments à observer. Langage non verbal Postures : l'orateur est assis / debout; appuyé ou non, légèrement / lourdement. Déplacements : il est immobile / change de posture, s'approche de l'auditoire / reste à l'écart, remue les jambes, les pieds... Gestes des mains : - gestes "autiques" (dépourvus de significations : se frotter le menton) - gestes "fonctionnels" qui servent à illustrer l'exposé : prendre un objet, désigner... - gestes "relationnels" (positifs ou négatifs) ils mettent en valeur ce qui est dit par un formé (dessin d'un volume fictif). Ils invitent à l'expression ou au silence et peuvent avoir une fonction de répression (quand l'orateur dispose d'un pouvoir sur l'auditoire). Regards : l'orateur interpelle du regard / regarde ailleurs; il fixe des yeux une partie seulement de son groupe / répartit son attention visuelle entre tous. Il fait des balayages (tour de table visuel) Mimiques : le visage est neutre / expressif par des mimiques évocatrices : sourires, hochements de tête, acquiescements, doute, étonnement, désaccord, écoute bienveillante. Le tonus général apparaît dans le rythme des gestes : atonie, calme, détente, dynamisme, nervosité, contrainte. « Comment analyser un exposé oral ? » par un membre Skynet non identifié, s’étant inspiré des ouvrages : BELLENGER L., L'expression orale , Que sais-je ?, Paris, P. U. F., 1979. , CHARLES R. & WILLIAME C., La communication orale, Repères pratiques, P., Nathan,1994. SIMONET R., L'exposé oral, collection Méthod' Sup, Paris, Éditions d'Organisation, 1989. Pour toute l’information, on consulte la page : analyser un exposé oral : procédure

Commentaire de François : Après quelques recherches sur le site en question, j’ai trouvé que ce site a été créé par Philippe Van Goethem, un Belge, qui a créé un site du nom de FRALICA. Van Goethem est enseignant de Français au secondaire et il a développé son site autour des sujets de l’enseignement différencié du français au lycée, tâches, procédures, évaluations des compétences. Le site n’est pas très bien construit, mais son contenu est intéressant.

5. Démonstration par l’exemple

«EIle est là, assise devant notre bureau, menton levé, buste légèrement en retrait, bras et jambes croisés. Tout sourire, tout miel et sucre, elle déclame son bonheur de travailler avec nous. Ses paupières aux longs cils ont le battement gracieux des ailes d un oiseau-mouche, sa bouche fait des coeurs, et son verbiage n'est que musique. Non, on n'est pas devenues paranoïaques! On ne fait que capter, à notre insu, le langage du corps de cette charmante personne. Un corps terriblement bavard, qui nous dit des choses plutôt inquiétantes. Inconsciemment, on a saisi que cette alliée jurée se considère supérieure à nous (menton levé), qu'elle se méfie de nos réactions et ne nous approuve à peu près en rien (buste en retrait, bras et jambes croisés). Pour quelqu'un qui prétend nous apprécier, on pourrait trouver plus enthousiaste... D'autant plus que son sourire nous agresse (elle montre les dents) et que son parfum viole notre espace vital (les animaux "marquent" leur territoire avec leurs odeurs). Quant à ses battements de cils fébriles, ils traduisent le mensonge et la duplicité. Dans ce cas, la parole devient cosmétique, d'où la bouche en cul-de-poule et ses minauderies, qui nous donnent l'envie de hurler ». - Psychologue anonyme, Art de vivre (webzine) Pour toute l’information, on consulte la page (dans le cache de Google) : Ce que nos gestes disent de nous

Héhéhé! Un peu pathétique, mais bon… vous rencontrerez, tôt ou tard, une personne qui vous agressera par quelque trait non verbal. Je trouve intéressant la remarque du parfum en comparaison avec les animaux qui marquent leur territoire. C’est une caractéristique pouvant avoir un impact immédiat sur votre propre performance à l’entrevue. Néanmoins, si vous suivez votre grille, vos questions auront la même pertinence. Le point à retenir dans cette citation est surtout la position de l’interviewé par rapport à son interlocuteur. Dans notre cas, au moment présent, nous sommes tous des étudiants qui prennent nos travaux au sérieux, ce qui suscite l’arrogance chez certains, parce qu’ils pensent qu’on veut changer le monde. Bref, surveillez la position du menton par rapport à vous… et amenez-vous une dose supplémentaire de parfum au cas où…

Commentaire de François : Je crois que je n’ai rien à ajouter.



6. Chroniques livres

« Dans Les gestes de la vie professionnelle (1997, Joseph Messinger, É.-U., Éditions First, 367 pages), cinq races comportementales sont identifiées, soit: les visuels (80% des occidentaux), les tactiles, les olfactifs, les auditifs et les gustatifs. La première race explique d’ailleurs pourquoi, dans notre culture, l’apparence est prédominante dans nos relations. Bible incontournable pour détecter le non-verbal, Messinger donne des indices intéressants : «Remonter ses grosses lunettes d’écaille d’un majeur agressif» démontre que sa timidité constitue la seule nuisance à son intelligence ou à ses habiletés; «poser son menton sur ses deux paumes, doigts écartés sur les joues» dénote une certaine sympathie envers l’interlocuteur; que «pencher sa tête vers la gauche en se grattant l’arrière du crâne, coude en appui» est une manière polie de faire comprendre à son interlocuteur que ses propos sont soit hors d’ordre, sinon impertinents, tout simplement; croiser les jambes sous la table; les bras; les doigts; se gratter le sourcil gauche; être assis en diagonale, un bras par-dessus le dossier et écarter sa chaise de la table trahiraient tous une attitude de détente, ou d’ironie, ou encore de confidence. »

Commentaire François : SOURCE!

« On peut mesurer les performances d'un oeil, mais on ne peut pas mesurer la force d'un regard, on peut calculer la distance qui sépare des individus qui s'entretiennent et en tirer des indications sur leurs moeurs, mais on ne peut pas calculer l'intensité avec laquelle un acteur ou un orateur s'impose à l'auditoire ». - François Roustang, La fin de la plainte, Paris, Éditions Odile Jacob, 2000, p. 143. Quoi tirer de cette citation? Retirons-en, de manière secondaire, qu’il faut parfois laisser de côté l’analyse d’une personne qui nous parle, parce qu’on risque de s’y perdre. Pour lire toute l’information sur cette page : La maîtrise du non-verbal dans la relation duelle : mythe ou réalité


Voilà donc une série de pistes supplémentaires pour détecter les expressions non verbales de vos répondants.