Quelques textes pour le gel des frais de scolarité

Voici quelques textes proposé et rédigé par l’un des conférenciers, Pier-André Bouchard St-Amant.

Droits de scolarité – Un débat ou un faux débat?
http://pabsta.qc.ca/fr/textes/opinions/recteurs

Le Devoir, 10 septembre 2010.

En réponse au texte de Peter Dietsch « financer l’éducation supérieure : plaidoyer pour un impôt postuniversitaire »
http://pabsta.qc.ca/fr/textes/publications/ipu

Faisant suite à mon dernier texte dans cette revue, le directeur de publications m’a demandé de participer à un débat avec un professeur de philosophie, Peter Dietsch. Ce dernier propose une alternative au modèle de financement actuel des études postsecondaires, soit un impôt postuniversitaire (ci-après IPU). Peter Dietsch n’étant pas disponible, j’ai accepté de commenter son texte « Financer l’éducation supérieure : plaidoyer pour un IPU », paru dans les Cahiers de l’éthique du Centre de recherche en éthique à l’Université de Montréal. Je commencerai d’abord par résumer ses positions et arguments, puis je passerai à la critique à proprement dite de son exposé.

Les droits de scolarité doivent demeurer faibles
http://pabsta.qc.ca/fr/textes/frais

Pier-André Bouchard St-Amant, Candidat à la maîtrise en économie, Université du Québec à Montréal
Nicolas Marceau, Professeur titulaire, Département des sciences économiques, Université du Québec à Montréal

Édition du lundi 05 mars 2007 – Le Parti libéral du Québec annonce son intention d’accroître les droits de scolarité universitaire de 30 % en cinq ans. Nous croyons que cela serait mal avisé. Rappelons que deux types de régime permettent de garantir un niveau donné de financement global pour les universités: Régime avec droits de scolarité élevés et financement public faible

Pauvre Ontario!
http://www.pabsta.qc.ca/fr/pauvreontario

Le gouvernement de l’Ontario a décidé de réduire les frais de scolarité des étudiants ontariens de premier cycle de 30% dès janvier prochain. Cela représente une réduction des frais de scolarité d’environ 1600$ pour les futurs étudiants et les étudiants actuels. Étant moi-même étudiant dans une université ontarienne, j’étais heureux d’apprendre cette nouvelle! Cela dit, quand j’ai voulu me renseigner sur les possibles impacts d’une baisse des frais de scolarité et en lisant différentes sources du Québec, j’en suis venu à une seule conclusion: l’Ontario court à sa perte!

Je détaille ci-bas chacun des arguments que j’ai trouvé jusqu’à maintenant.

Position du gouvernement pour la hausse actuelle des frais de scolarité

droitdescolarite.com

Site internet

www.droitdescolarite.com

Ce site Web a été mis en ligne pour répondre à une recommandation du Comité consultatif sur l’accessibilité financière aux études (CCAFE) par le ministère de l’Éducation, du Loisir et du Sport (MELS).

Voir: www.droitdescolarite.com

Il vise à :

Apprenez pourquoi une hausse est nécessaire pour continuer à assurer la qualité de l’enseignement et garantir la valeur des diplômes universitaires. Mesurez l’effet réel que peut avoir la hausse sur votre portefeuille. Constatez également les bénéfices d’un diplôme universitaire pour un étudiant et pour la société québécoise.

Hausses des droits de scolarité et modifications à l’aide financière aux études 2012-2013 à 2016-2017

Avis à la ministre de l’Éducation, du Loisir et du Sport
Septembre 2011 du Comité consultatif sur l’accessibilité financière aux études.
http://www.cse.gouv.qc.ca/

Les trois chapitres du présent avis sont consacrés, respectivement, à la présentation de la demande de la ministre, à l’analyse de cette demande et à l’opinion du Comité sur les modalités de la hausse des droits de scolarité pour la période 2012-2013 à 2016-2017 ainsi que sur les modifications annoncées au Règlement sur l’aide financière aux études.

Plusieurs arguments se trouvent sur ces sites.